L'association


Historique



Cette association, née du souhait de soulager les parents par la prise en considération de leur souffrance, a été créée le 21 janvier 2000 à Ecouflant (Maine et Loire) par Mr et Mme VOISINE, parents d'Audrey, décédée brutalement d'une méningite à l'âge de 12 ans.

Audrey est décédée d’un « purpura fulminans », soit d’une méningite à méningocoque C. Si les connaissances sur cette maladie avaient été plus répandues, cette dernière aurait eu moins de chance d’arriver à son terme.

Mr et Mme Voisine ont eu l’idée de créer cette association en mémoire de tous ceux qui ont été victime de cette maladie, et soutenir ceux qui le sont actuellement ainsi que leur famille. Mais, ils souhaitaient surtout, faire de la prévention auprès des publics, afin de réduire les risques de maladie et de conséquences graves.

L'association Audrey est une association de parents dont l'objectif est d'augmenter les connaissances sur les différents types de méningites existants, d'aider le public à mieux comprendre cette maladie et la prévenir.

Cette association a acquis une notoriété régionale et nationale en mars 2002 ce qui lui a permis de mettre en œuvre des actions dans diverses régions de France :



- Association Audrey 40 Yohann (Landes)
- Association Audrey 42 Emeric (Loire)
- Association Audrey 76 Régis (Seine Maritime)
- Association Audrey 35 (Ille et Vilaine)
- Association Audrey 22 (Côtes d’Armor)
- Association Audrey 33 (Gironde)
- Association Audrey 59 Steven (Nord)
- Association Audrey 29 Sébastien (Finistère)
 
Depuis l’ouverture de plusieurs antennes, l’association souhaite poursuivre son expansion vers d’autres régions, ce qui permettra de mieux poursuivre le travail de proximité avec les autorités sanitaires et de renforcer l’efficacité locale de l’ensemble des actions menées.

Une campagne d'affichage a eu lieu dans les écoles élémentaires et maternelles, dans les crèches et dans les salles d'attente des médecins généralistes pour favoriser un dépistage précoce des méningites en Maine et Loire, département pilote, en septembre 2001.

En 2002, l'association Audrey a organisé à Angers une soirée d'information sur les méningites, avec le soutien de la D.D.A.S.S, du C.H.U, la Ville d'Angers et l'Institut Pasteur. Cette soirée a permis de réaliser une journée sur les méningites à Paris dans les salons du Ministère de la Santé en novembre 2003.

L'association, en avril 2003, a été invitée au Congrès médical de l'Espid en Europe et a clôturé une conférence de presse aux cotés de l'association anglaise "Meningitis trust".







En septembre 2004, nous venons de signer une charte pour la création d'une "Confédération Mondiale sur la méningite" réunissant 12 pays.

Après la campagne du Maine et Loire en 2001, nous avons renouvelé sur le plan national, le 2 février 2004, une information sur la méningite à méningocoque au sein de l'Éducation Nationale, sous forme d'affiches destinées de la maternelle au lycée, de dépliants destinés aux médecins et infirmières scolaires, soutenue et financée par les Ministères de l'Éducation Nationale et de la Santé.

Une information a été mise en place avec le Conseil de l'Ordre des Pharmaciens sous forme d'affichettes et de dépliants destinés aux pharmacies.

Pour l'année 2004, l'association a organisé trois soirées d'information sur la méningite. Le 1er octobre à Bordeaux par l'antenne des Landes, le 14 octobre à Paris à l'auditorium de l'Institut Pasteur et le 17 novembre à l'Hôtel de Ville de Lyon.

L'association Audrey travaille avec le Ministère chargé de la Famille, la Caisse d'Allocations Familiales et le service d'État Civil d'Angers, pour un soutien psychologique et matériel. Depuis le 1er novembre 2000, l'État Civil informe la C.A.F pour qu'une assistante sociale apporte son aide aux familles.

Nous sommes à l'origine de la prolongation des prestations familiales de trois mois après le décès de l'enfant, dans la loi du 1er janvier 2004. Ceci nous a valu une nomination "Chevalier dans l'ordre national du Mérite".

Nous continuons à combler le vide juridique concernant les 7 000 décès d'enfants par chaque année en France, toutes causes confondues.

Le 22 juin 2006, a été adopté au Sénat, dans le Code du Travail, le congé de 4 jours au lieu de 2 précédemment suite au décès d'un enfant ou d'un conjoint.

En novembre 2004, création d'une plaquette sur le deuil dans le Maine et Loire distribuée par le service funéraire du C.H.U d'Angers, l'État Civil et l'Action Sociale de la CAF de l'Anjou.

Des journées de formation sur les méningites pour l'année 2008: Strasbourg le 11 mars, Angers le 20 novembre.

Nous mettons en place plusieurs journées de formation sur les méningites à Lille le 24 Mars 2009. Rennes, Ministére de la Santé à Paris en 2009.

L'Association Audrey met tout en place pour créer une fondation sur les méningites pour mieux aider les familles.







Objectifs


Depuis sa création, l’association poursuit de nombreux projets afin d’informer le public des signes et symptômes précoces de la maladie et de ses conséquences graves et également de développer une meilleure connaissance de la maladie auprès des personnes qui s’occupent régulièrement d’enfants au sein des écoles, des crèches, des centres de loisirs et même dans des lieux de santé.

L’association sert essentiellement à soutenir les parents et la fratrie, endeuillés par le décès d’un enfant, d’un frère ou d’une sœur, toutes causes confondues, afin d’une part que le rapport avec l’administration s’humanise et d’autre part qu’un soutien psychologique et matériel soit proposé aux parents.







Transparence


La clarté de nos objectifs et son sérieux fait que nous sommes soutenus par les autorités sanitaires dans le cadre des formations, en participant à nos côtés.
Nous avons été financé par le Ministère de la Santé, le Ministère de l'Education Nationale concernant une campagne nationale dans les écoles en France.
L'Institut Pasteur participe à nos côtés aux formations que nous organisons.
Le Conseil de l'Ordre des Pharmaciens collabore pour diffuser l'information.
Nous nous sommes souvent adaptés aux propositions qui nous sont suggérées car pour nous cela est un moyen d'évoluer.